Projet trek autonome traversée des Vosges GR5

Publié le par camp2base

De la Tanzanie au Vosges, du Kilimanjaro au ballon d'Alsace il n'y a finalement que quelques pas... Noms de code : ITW 88 (into the wild Vosges, ça fait bien kitch mais ça impressionne en soirée, à prononcer à l'américaine), mot de passe : munster/lardon/patate rôtie.

L'IDEE de ce trek ? Comme souvent : une longue soirée froide à se demander quand le soleil reviendra, le regard qui porte derrière la fenêtre sur un paysage recouvert du linceul blanc de l'hivers (lancez les violons). Plus sérieusement, Mister John et moi même, on avait envie de se bouger les fesses (ça réchauffe), le tout en autonomie pendant une semaine. Les Vosges ? bah c'est tout près ça coute rien et on connait le milieu.

JOHN/ je vous présente donc John :

Trailer devant l'éternel, cet homme aime courir en montée (presque envie de m'arrêter là, ça décrit bien l'aspect psychologique du bonhomme). Pour arrondir les angles et ne pas vexer les millions (?) de trailer qui nous lisent, disons que c'est mon poto, qu'il y connait rien en "techniquedesurvieenmilieuhostile" ni en "bivouac", ni en "toutcequitoucheàlaforêt", mais qu'il est adorable, très drôle et j'ai toute confiance en lui. Le reste de sa biographie n'est pas disponible en ligne pour cause de recherche par interpol

L'ITINERAIRE : Départ de Sélestat (Alsace), arrivée souhaitée à Belfort (Franche-Comté), tout ça par le GR5 qui traverse les Vosges du nord au sud en passant par les crêtes (ça monte et ça descend quand même hein :).

Plus d'info bientôt, des cartes, du conseil matos et des photos bien sur ! Départ prévu le 24 avril, retour le 30, alors affaire à suivre !!!

 

Publié dans Trek Vosges

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J

John: je vais pondérer les propos..je passe environ 500 heures par an et parcours environ 60 km par semaine dans cette bonne vieille forêt...Ne rien y connaître est un poil poussé; par contre
j'avoue ne pas savoir faire la différence entre la bécasse à poil dur et le crabe à plume d'Ukraine. Faire du feu avec de la boue et une écorce d'écureuil me laisse toujours rêveur et admiratif. Je
remets donc ma survie entre les mains expertes de Tom et suis persuadé qu'il va m'épargner de passer une nuit en haut d'un arbre à immiter le coyotte pour repousser mes ennemis nocturnes.


Répondre